Historique du concours de la nouvelle

Le Crous de Nice-Toulon organise la sélection des meilleures nouvelles des Alpes Maritimes et du Var depuis 1994. Depuis cette date et jusqu’à 2014, le Crous a reçu 564 nouvelles écrites par des étudiants et des non étudiants de l’académie de Nice.

Quelques participants de l’académie de Nice distingués au niveau national :

  • Florent Bottero pour Jeunesse perdue en 2013 (mention spéciale du jury) – thème : « Masques »
  • Adrien Meslier pour Des escarpins à la capuche en 2008 (mention spéciale du jury) – thème : « Rouge »
  • François Couderc pour Caïn – Caha en 1994 (grand prix universitaire) – thème : « Liaisons »

Dates clés du concours

Créé à l’initiative d’une association en 1989, le concours de la nouvelle est organisé par le réseau des oeuvres universitaires et scolaires (Cnous-Crous) en partenariat avec les universités de Lille 1, 2 et 3, l’université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, l’université d’Artois, l’université du Littoral Côte d’Opale et la Fédération universitaire et polytechnique de Lille. Le Crous de Lille pilote le projet depuis 1993.

  • 1989 : création du concours par l’association « Édition Régionale au féminin »

Une association de Villeneuve d’Ascq « Édition Régionale au féminin » a l’idée de lancer un concours de nouvelles. La municipalité décide de soutenir cette initiative. Le concours est annoncé par la voie de « La Tribune » journal municipal. La nouvelle lauréate est publiée dans « L’Almanach de la ville ».

Thème : « Un événement dans la vie d’une femme » : 28 nouvelles

  • 1990 : création d’un concours similaire par une association étudiante et soutien du Crous de Lille

Pour l’édition suivante du concours, la ville de Villeneuve d’Ascq se tourne vers l’Université de Lille 3, afin d’obtenir son aide. Au même moment, une association d’étudiants de Lille 3 « Mise en Œuvre » met au point un projet identique. Le concours réunira, sous l’égide de deux associations, l’Université de Lille 3 et la ville, et s’adressera à trois catégories de candidats : lycéens, étudiants, et tout public. Fait nouveau, le service culturel du Crous participe au jury.

Thème : « Un rêve » : 180 nouvelles

  •  1991 : édition d’un recueil des meilleures nouvelles

L’ensemble des partenaires, Crous de Lille compris, organise le concours. Un recueil des meilleures nouvelles est publié pour la première fois en collaboration avec l’institut de Formation aux Métiers du Livre de l’Université de Lille 3.

Thème : « Si Mozart m’était conté » : 214 nouvelles

  •  1992 : un concours très universitaire

Les mêmes partenaires poursuivent leur collaboration, sauf l’association étudiante. Mais le sujet trop fermé semble décourager les candidats. L’association « Édition Régionale au Féminin » et la ville de Villeneuve d’Ascq prennent conscience que le concours prend une tournure très universitaire et décident de ne plus participer en 1993.

Thème : « Rencontre avec les Grands d’Espagne » : 100 nouvelles

  • 1993 : pilotage du concours par le Crous de Lille et participation des autres Crous

Le Crous, vivement incité par l’Université de LILLE 3, décide de prendre la tête du comité de pilotage du concours, il se veut fédérateur des Universités de l’Académie : Lille 1, Lille 2, Lille 3 et Valenciennes co-organisent. Il associe d’autres Crous (15 acceptent). Le concours se déroule au niveau académique (dans chaque Crous participant) et au niveau national.

Thème : « Frontières » : 641 nouvelles

  •  1994 : association de nouveaux partenaires

De nouveaux partenaires viennent s’associer au concours, la ville de Villeneuve d’Ascq (qui avait abandonné le concours en 1993), l’Université d’Artois et sept nouveaux Crous (au total 23 Crous). Le concours prend donc une dimension nouvelle et recueille un succès sans précédent.

Thème : « Liaison » : 1 250 nouvelles

Non merci

Le crous mobile

Le crous a son appli

Retrouvez toutes les infos du Crous (Restos U, logement, activités culturelles, services sociaux…) sur votre smartphone !