Une semaine pour les droits des femmes

Publié le 6 mars 2018 Culture

[MISE A JOUR DU 14/03/2018] En raison d’une météo défavorable, le shooting photo « Portraits d’étudiantes » par Sabine Pariente prévu jeudi 15 mars est reporté au jeudi 22 mars selon les mêmes modalités.

Du 12 au 16 mars 2018, le Crous de Nice-Toulon et les volontaires en Service Civique des Alpes-Maritimes proposent une semaine riche en animations ludiques et artistiques autour de la Journée Internationale des Droits des Femmes sur les campus de Nice, dans les restaurants et en résidence universitaire.

8 Mars 2018, XXIe siècle. On aurait pu croire qu’à l’ère d’internet et du savoir à la portée de toutes et tous, la journée internationale des droits des femmes serait un lointain souvenir : les femmes et les hommes seraient enfin réellement égaux dans une société affranchie des codes sexistes !

Pourtant, la 41e célébration de cette journée aura bien lieu un peu partout dans le monde où reculent encore les droits des femmes. Même dans les pays occidentaux où elles se sont âprement battues et ont gagné quelques batailles de longue lutte.

Sensibilisés par cette cause, les volontaires en Service Civique du Crous de Nice-Toulon se sont concertés et mobilisés pour imaginer une semaine entière d’animations autour des femmes. Par ce projet, ils ont voulu mettre en lumière ce que l’être humain, homme ou femme, peut faire de mieux pour faire reculer les inégalités et les injustices.

le programme

LUNDI 12 MARS

  • Exposition de portraits d’hommes engagés pour les droits des femmes des années 1800 à nos jours
    Restaurant universitaire Montebello (campus Valrose)

L’actualité des derniers mois a révélé les agissements dont certains hommes sont capables pour exercer leur domination sur les femmes. Cette exposition veut montrer que les hommes ne doivent pas être réduits à cela et prouver que certains d’entre eux se distinguent et ne se sentent pas menacer par elles. Bien au contraire, ceux-là les élèvent, les mettent en valeur, les sauvent, les écoutent, leur redonnent confiance et espoir alors que d’autres ont cherché à les soumettre, ou pire à les détruire ! Ce sont quinze portraits de ces hommes à la fois exceptionnels et ordinaires que les volontaires ont souhaité mettre à l’honneur dans cette exposition.

MARDI 13 MARS

  • Quiz « Femmes, je vous connais ? » (suivi d’une soirée jeu)
    Résidence universitaire Les Collinettes (campus Trotabas) – de 18h à 20h

En quelle année les femmes ont-elles obtenu le droit de vote ? Quelle est la différence de salaire entre les femmes et les hommes ? Des questions qu’il est bon de (re)poser pour faire avancer la cause des femmes. Les participants les plus calés sur le sujet pourront gagner des places de cinéma en répondant au quiz concocté par les volontaires. Cette soirée est proposée et animée en collaboration avec les membres de l’Erasmus Student Network niçois.

MERCREDI 14 MARS

  • Projection de courts-métrages « Ni Muses, ni mégères » sur le thème des femmes
    Restaurant universitaire Carlone (campus Carlone) – de 11h30 à 13h30

Ce projet est une première collaboration entre le Crous de Nice-Toulon et l’association Héliotrope qui organise depuis dix-huit ans les éditions d’Un festival c’est trop court, le festival européen du court métrage de Nice. Pour cette projection, Héliotrope a spécialement sélectionné huit films courts sur le thème des femmes intitulée « Ni Muses, ni mégères » qui seront diffusés dans deux restaurants universitaires. Ces projections s’inscrivent également dans le cadre de « La fête du Court Métrage », manifestation nationale dédiée à la diffusion de films courts qui offre chaque année une série de projections et d’animations gratuites pour tous et dont Nice est une des villes ambassadrices.

  • Création d’une toile participative sur le thème « Wonder Woman »
    Jardin du restaurant universitaire Carlone (campus Carlone) – à partir de 13h

Hervé Imbert, de son nom d’artiste « Rway », est un artiste niçois passionné de street-art et de culture pop qui aime tout particulièrement deux choses dans la vie : la féminité et l’art. D’ailleurs, il le dit lui-même, Hervé Imbert aurait aimé être une femme ! Alors quand on lui a demandé de créer une toile participative avec des étudiant.e.s sur le thème des femmes, il a forcément accepté. Icône féminine pop et culte, Wonder Woman s’est alors imposée d’elle-même dans son esprit pour incarner les femmes du XXIe siècle.

JEUDI 15 MARS

  • Shooting photo « Portraits d’étudiantes » par Sabine Pariente, photographe professionnelle
    Rendez-vous au châlet du Crous (à l’entrée du campus Valrose) – à partir de 15h

Les volontaires ont lancé un appel auprès des étudiantes niçoises pour tirer le portrait de vingt d’entre elles et révéler ainsi un instantané de la diversité des femmes qui étudient à l’université. Pour capter leur authenticité, les volontaires ont choisi la photographe Sabine Pariente pour son travail autour de la photothérapie. Celui-ci consiste à mettre l’image au service du bien-être et à réconcilier les femmes avec leur corps et leur perception d’elle-même, souvent dévalorisés par les canons de beauté imposés par la mode et les médias. Ces portraits feront ensuite l’objet d’une exposition sur les murs du restaurant universitaire Saint Jean d’Angély dans le cadre des « Journées des Arts et de la Culture dans l’enseignement supérieur » (du 3 au 5 avril).

  • Projection de courts-métrages « Ni Muses, ni mégères » sur le thème des femmes
    Restaurant universitaire Saint Jean d’Angély (campus Saint Jean d’Angély) – de 11h30 à 13h30

Deuxième projection de la sélection des films courts « Ni Muses, ni mégères » de l’association Héliotrope sur la mezzanine du restaurant universitaire de Saint Jean d’Angély dans le cadre de « La fête du Court Métrage ».

VENDREDI 16 MARS

  • Projection du court-métrage « Avant que de tout perdre » de Xavier Legrand
    Restaurant universitaire Carlone (campus Carlone) – de 11h30 à 13h30

Unanimement salué par les critiques lors de sa sortie et auréolé d’un grand nombre de prix, le court-métrage « Avant que de tout perdre » a reçu en 2014 le César du meilleur court-métrage et a été nommé dans la catégorie « meilleur court métrage de fiction » aux Oscars de la même année. Ce court-métrage traite de la violence quotidienne au sein d’un couple et d’une famille mais sans jamais rien en montrer. Le réalisateur ne fait que la suggérer pour révéler la psychologie des personnages qui y sont confrontés. Au-delà de ce film, le réalisateur Xavier Legrand est lui-même personnellement engagé contre les violences faites aux femmes et participe régulièrement à des conférences et actions diverses pour soutenir leur cause et sensibiliser sur le sujet.

 

Non merci

Le crous mobile

Le crous a son appli

Retrouvez toutes les infos du Crous (Restos U, logement, activités culturelles, services sociaux…) sur votre smartphone !